share
Version imprimableSend by email

Current Size: 100%

Culture et patrimoine

Des villas à l'architecture fantaisiste

Née à la fin du XIXe siècle, l’architecture balnéaire offre un remarquable éventail d’étonnantes villas où la fantaisie des architectes a pu s’exprimer en toute liberté. Les emprunts, les pastiches, sont nombreux. L’une s’inspire des caractères régionaux, l’autre des cottages anglais ou des formes exotiques orientales… Un seul principe : être d’une originalité sans rivale !

Tourelles, clochetons, belvédères et campaniles s’affichent en bord de plage ou dans le quartier du parc, Émile Zola, Sacha Guitry et Yvonne Printemps, y viennent chaque année. Le photographe Jacques-Henri Lartigue laissera de leurs vacances communes des témoignages inoubliables. Insouciantes années folles ! Le temps les a dotées d’un charme fou.

La fantaisie architecturale de ces villas se perpétue dans les années 50 en bord de mer, dans le quartier du Parc ou à proximité du Palais des Congrès.

Un jeu de perspective

Après les bombardements de 1945, le tissu urbain est entièrement repensé, aéré, souligné par de grandes perspectives. Ne quittez pas Royan, musée vivant d’architecture et d’urbanisme des années 50, sans franchir les portiques du front de mer et visiter la « figure de proue de la ville » conçue par Guillaume Gillet : l’église Notre-Dame, le voile mince de béton qui recouvre la nef est une incontestable prouesse technique et esthétique.

La sobriété et l’ascétisme imprègnent le centre protestant, son parvis et son temple. Avec ses airs de parachute, le marché couvert – coque composée d’un voilage de béton reposant sur treize points d’appui – ferme la perspective de l’estuaire.

Autre lieu d’expérimentation technique réussi, le Palais des congrès propose un jeu subtil de lumière entre surfaces convexes et plans verticaux ou horizontaux.

Mobitour